Toujours bon à savoir

Quelques conseils.

 

 

 bebe-4.jpg

 

Accueillir le chiot chez soi.

 

Pour vous et votre famille c’est un tournant de votre vie, un vrai bonheur. Mais pour lui un vrai bouleversement psychologique. Bien qu'il soit dans tous les sens du terme le Meilleur Ami de l'homme, pas facile de quitter du jour au lendemain la présence rassurante et bienveillante  de sa mère, les jeux et les "tours de force" avec ses frères et sœurs.

 

Afin que les choses se passent au mieux et pour vous et pour lui je vous expose quelques idées qui me viennent à l’esprit :

 

Prévoyez de laisser à son éleveur un tissu, un vieux maillot fera parfaitement l’affaire. L’éleveur sera certainement heureux de votre démarche et votre chiot aussi. De cette manière vous lui fournirez déjà certaines informations comme votre propre odeur. Il sera placé dans son lieu de vie et ainsi vous emporterez avec vous les odeurs qui lui sont familières. Ce qui va grandement atténuer les affres de la séparation pour lui.

 

Surtout si vous êtes seul (seule) à faire le trajet avec lui, pour son transport une cage adaptée à sa taille ou un petit carton à hauts bords dans lequel vous aurez placé votre  "chiffon" fera parfaitement office de "nid" et pourra se transformer en lit d’appoint arrivé chez vous.

Si vous tenez absolument à autre chose que le fameux petit carton prévoyez un couffin de tissu le plus simple possible qui sera facilement lavable en cas "d'accident". Vous pourrez toujours en changer lorsqu'il sera un peu plus grand. Il existe de fort jolies corbeilles en osier, mais elles ne résistent pas longtemps aux attaques de ses petites dents. Ce qui peut être de surcroît source de dangers pour lui en cas de déchiquetage. Arrivé chez vous, placez ce petit couffin dans un endroit calme. En accord avec les plus petits, si vous avez de  jeunes enfants, expliquez leur que le chiot doit pouvoir y dormir et se reposer en paix. Choisissez de préférence un lieu qu'il pourra garder par la suite ce sera son coin à lui, sa place, son refuge qu'il ne faut surtout pas transgresser même si vous le fâcher !

 

 

À son départ, son éleveur vous aura remis, entre autre, un sac de nourriture à laquelle il est parfaitement habitué. Si toutefois vous n'êtes pas satisfait(e) de cette marque, vous pourrez bien entendu en changer. Mais ne le faites pas de but en blanc car il pourrait présenter de fortes diarrhées et/ou des vomissements. Je vous conseille de donner la nouvelle en mélange avec celle de l'éleveur seulement le quart de sa ration quotidienne pendant une semaine, puis la moitié ensuite les trois quarts et en fin la totalité au bout de la quatrième semaine seulement. Dans de telles conditions tout devrait bien se passer. Je vais également me permettre un autre conseil. Choisissez de préférence des croquettes ayant la plus forte quantité possible de viande fraiche (pas de farine ou de sous produits qui ne sont que des plumes, de la corne, de la peau et autres déchets) ainsi que des légumes sans OGM. La présence de mycotoxines sur certaines céréales comme le maïs est cause de cancer. Il n'en reste pas moins que les croquettes, lorsqu'elles sont de qualité, constituent une alimentation équilibrée, pratique pour laquelle nul besoin de rajouter de compléments. De plus les aliments secs sont moins source de tartre pour les dents.

 

Reste son petit nécessaire, vous aurez besoin d'une petite gamelle pour sa nourriture, une autre pour l'eau (de préférence avec un fond antidérapant), d'un shampoing pour chiot, une petite brosse douce pour commencer, d'un produit pour nettoyer ses yeux et d'une lotion auriculaire. Plus de détails page Toilettage !

 

Il vous faudra également investir un peu dans des joujoux. Afin d'éviter les pièges, ne lui donnez pas matières à confusions. Le chiot tout comme le chien n'a pas le sens des valeurs. Un objet d'une dizaine d'euros par rapport à celui qui va en coûter 100 fois plus ne restera pour lui qu'un objet. Évitez donc les vieilles chaussures, les vêtements car il ne fera pas la distinction de ce qui est neuf ou vieux, cher ou pas ! Préférez ceux qui sont le plus adaptés à sa petite dentition et sa petite gueule. Pour ma part j'ai éprouvé cette marque que je trouve accessible très ludique pour eux et surtout durable.

 

joujoux.jpg

 

 

Prévoyez une petite semaine de congés pour qu’il s’habitue à vous et qu’il puisse découvrir en votre compagnie son nouveau chez lui. N’oubliez pas qu’il va vous accompagner toute une vie. Un peu de temps pour vous découvrir l’un l’autre et commencer à apprendre les bonnes manières n’est jamais de trop.

 

Il vous faudra dès son arrivée "stimuler" votre petit Havanais avec des joujoux bien entendu mais pas seulement. Certains sont contre le fait de le promener très tôt sous pretexte que son immunité n'est pas parfaite. Pour ma part je suis contre cette pratique. Le chiot a les oreilles qui "s'ouvrent" vers la troisième semaine de vie. Son éleveur aura eu soin de lui faire entendre des bruits familiers et découvrir son proche environnement. L'herbe du jardin, le gravillon de la terrasse ou de l'allée, la musique du salon, la radio... seront autant de stimulis dont il n'aura pas peur en arrivant chez vous. Mais il faut absolument continuer ! N'hésitez pas à le promener dans vos bras pour commencer, il y sera bien à l'abri. Il sera et fera avant tout votre fierté. Mais pour lui entendre le bruit des voitures, des motos, voir des vélos, des passants avec des cannes ou en patins, des poussettes, d'autres chiens font qu'il va se familiariser avec cet environnement bruyant et très hétéroclite pour lui. La privation sensorielle ferait rapidement et immanquablement  de lui un petit animal craintif pouvant être même déséquilibré. Le seul remède à cela est justement la promenade et le jeu avec vous mais aussi avec d'autres chiots. Remède entre nous peu cher et tout aussi efficace qu'un comportementaliste. 

 

Vous avez de jeunes enfants ! Ils doivent aussi respecter le nouvel arrivant et comprendre que ce n’est pas un jouet. On voit bien souvent les plus jeunes prendre leur "doudou" par une patte, ce qui pourrait avoir de graves conséquences pour lui. Le chiot, tout comme les petits humains, dort beaucoup. Son sommeil doit être respecté pour qu’il garde sa bonne forme et sa joie de vivre. Vous aurez peut être à surveiller ou réguler les "visites au chiot".

 

Le chiot mordille beaucoup. Lorsqu’il est retiré de l’éducation de sa mère il a tout juste appris que les petites dents pointues font mal. La mère n’est plus là pour le corriger si nécessaire. Il vous incombe de lui apprendre à lui comme aux jeunes enfants le respect mutuel et ainsi d’établir les premières lois de la hiérarchie. Dites AÏE fermement et arrêtez de suite le jeu. Détournez-vous de lui sans rien dire. Il n'y a pas pire punition pour un chiot que l'indifférence.

De même que se faire les dents sur les pieds de chaises en bois, les boutons de tiroirs bas, les chaussures sont une source d'agrément non négligeables pour lui. Mordiller est la seule manière qu'il ait de se débarrasser de ses dents de lait. N'attendez pas qu'il ait commencé cet irrésistible exercice. Prenez les devants, un spray amer vous évitera bien des surprises pas toujours agréables pour vous. Vaporisez le produit en dehors de sa présence et donnez-lui très vite un os en peau de buffle. Ceci évitera qu'il ne cherche autre chose. Si vous avez à le fâcher, faites ainsi que sa mère le fait et non pas en levant la main comme il est facile de le voir HELAS ! Elle saisie sa petite tête dans sa gueule et reste ainsi un moment. Prenez son petit museau entre votre pouce et votre index en cachant ses yeux avec la paume de votre main et dites NON d'un ton ferme.

 

L'apprentissage de la propreté a commencé chez l'éleveur. Bien que pratiquement un chiot soit propre dès la naissance ! En effet sa mère le nettoie, son "lit" sa gamelle sont toujours propre ! Certains chiots sont "propres" plus rapidement que d'autres. Il en va de même pour nous humains. La chose n'est pas si difficile qu'il y paraît. Lorsqu'un chiot a envie de faire ces besoins il faut toutes affaires cessantes lui accorder un moment, les choses vont très vite. Le havanais a cet avantage qu'il est depuis tout petit réglé "comme du papier à musique". Vous pourrez profiter de ce côté pratique qu'il fait pratiquement à heure fixe. Soyez tout de même patient car je peux vous assurer que s'il y a oubli ce ne sera pas de sa faute !!! Sortez-le précisément un quart d'heure après qu'il ait mangé, il fera son besoin. De même tout de suite après son réveil et une fois qu'il aura joué là aussi il fera. Puis en règles générales toutes les deux heures. En quatre semaines au plus, lorsqu'on s'occupe de lui, un chiot est propre dans son chez lui. Proposez-lui une alèse jetable ou une serpillère. Essuyez l'objet du délit et laissez la bien en vue, menez-le dessus pour qu'il sente. Normalement il devrait y retourner. S'il fait bien là ou il faut, félicitez-le avec beaucoup d'emphase, n'ayez pas peur d'en rajoutez, la fin justifie des moyens. En général, les personnes témoins de la situation vous feront un large sourire, les petits ont cela pour eux. Lorsqu'il fait correctement donnez sans attendre une petite récompense. Il aura vite fait de comprendre. Chez moi, un chiot venant de l'extérieur est propre au sens où nous l'entendons en 15 jours.  

 

Le bichon Havanais est un petit chien curieux et très intelligent. Il comprend vite ce que l’on attend de lui. Étant très gourmand, la douceur et la récompense auront vite fait des mauvaises manières. Les premières semaines, une petite boite au fond de ma poche et contenant des petits morceaux de batonnets que je coupe (style Schmackos) m'est très utile. Les résultats ne se feront pas longtemps attendre. Vous en serez vous-même surpris(e). Pensez à déduire cet apport de friandises très utile pour vous de sa ration quotidienne. Sans quoi il prendrait vite de l’embonpoint ce qui pourrait déjà avoir de fâcheuses conséquences sur sa santé.

 

N’oubliez pas qu’une quinzaine de jours tout au plus après son arrivée, il doit voir son vétérinaire afin que soient pratiqués les rappels de ses vaccins et éventuellement continuer le vermifuge.

 

Le choix de votre vétérinaire n’est peut-être pas facile pour vous. Le bouche à oreilles est une solution possible surtout si l’on est en ville. Également, le choix de la proximité peut-être un critère de sélection ou les jours d’ouvertures. Si vous êtes à la campagne, le vétérinaire le plus proche de chez vous, n’est peut-être pas vraiment spécialisé pour les chiens de compagnie, quelques kilomètres de plus lui seront peut-être préférables.

À vous de voir mais y réfléchir avant son arrivée est certainement judicieux.

 

 

Fort(e) de ces quelques conseils, je vous souhaite mille et un BONHEURS avec votre petit Havanais.

 

 

 

 

petite-barre-coeur-scint.gif

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site