Le chien et la voiture, le mal des transports !

Le voyage en voiture

 on-va-se-promener.gif

 

Le transport des animaux de compagnie est encadré par les articles n° 214-5 et 215-7 du code rural.

En quelques mots, lors du transport d'un animal de compagnie dans un véhicule particulier, toutes dispositions doivent être prises par la personne accompagnant l'animal pour qu'il puisse voyager en de bonnes conditions de sécurité, de santé, d'abreuvement, d'alimentation et de soin. À défaut, une contravention pourra être retenue à l'encontre de la personne (qui n'est pas obligatoirement son maître mais l'accompagnant).

De plus en 2004 les États membres de l'Union Européenne ont procédé en une refonte en profondeur de la législation en matière de transport d'animaux. Cette nouvelle règlementation est entrée en vigueur à compter du 5 janvier 2007.   

 

volup.jpg

 

Ainsi que vous pouvez le voir ci-dessus votre animal ne peut rester en liberté dans l'habitacle de votre voiture. De même un havanais ne pourra rester sans attache dans le coffre car il est de trop petite taille. Il faut qu'il soit pour le moins attaché et porteur d'un harnais de sécurité que l'on clipse sur l'attache de la ceinture de sécurité des places arrières. Pour les plus gros chiens un filet ou un système de grillage condamnant l'avant du véhicule sera exigé.

Au mieux, vous ferez l'acquisition d'une cage de transport adaptée à sa taille. Il faut qu'elle soit suffisamment grande et arrimée pour qu'il puisse se tenir debout et qu'il puisse se retourner sans danger. Chez nous elle est constamment posée à terre en guise de "petite maison de repos". Ainsi, lorsqu'ils cherchent le calme, ils peuvent se blottir sur le coussin et y dormir un moment ou ronger tranquillement leur os. Ceci ne constitue pas pour eux une expérience traumatisante puisqu'elle est plutôt perçue comme refuge. Il en va de même lorsqu'ils sont à bord de notre véhicule.

Pour certains le voyage en voiture se passe très bien. Mais pour d'autres, tout comme nous ils peuvent être malades et présenter des nausées, voir des vomissements. Le chien n'est pas à l'aise, il ne peut tenir en place et présente un état d'énervement, des gémissements, des tremblements. Le mal des transport affecterait en réalité 10 à 25 % de nos chiens. 

Je vous propose à la suite quelques conseils simples pour éviter le mal des transports :

Règle numéro un, de votre côté ne soyez pas stresser car votre chien dispose d'un ressenti bien plus fort que le nôtre. Nous laissons échapper suivant nos humeurs ou nos états d'âme des informations que nous ne maîtrisons pas. Le chien les ressent. Il ne faut pas appréhender ces moments avec, lui mais plutôt les voir comme un jeu et vos premiers déplacements également. Vous partez jourer c'est tout !

Habituez le dès que possible, même si le premier voyage jusque chez vous s'est mal passé, à être en voiture à l'arrière sans qu'elle soit en marche. Passez avec lui quelques moments "détente". Avec un joujou aidez-le à découvrir en toute liberté l'intérieur de votre véhicule, les sièges, le dessous, le sol, le coffre... N'oubliez pas de lui faire entendre la radio ! Comme cela deux ou trois fois de suite, sans beaucoup d'écart temps.

Puis après cette introduction, faites 3 ou 4 kilomètres pour aller jouer, avec le fameux joujou. Puis revenez. Il fera vite l'association voiture et partie de plaisir avec vous. Et ainsi de suite jusqu'à faire un parcours de 30 minutes à une heure. Si tout se passe bien vous pourrez vous dire c'est gagné !

 

volup.jpg

 

Mais voilà pour d'autres, rien à y faire ! Malgré tout, vous pouvez agir et lui rendre l'expérience un peu plus agréable.

Au cours de votre trajet, faites des pauses au moins toutes les deux heures, jouez un peu avec lui et donnez-lui à boire, s'il en veut. Ceci pour vous détendre vous aussi, un petit quart d'heure suffit. Ne le nourrissez pas juste avant de partir. C'est-à-dire, que son dernier repas doit être éloigné d'au moins 3 heures avant votre départ. Ce n'est pas grave pour lui, même s'il est fort jeune, de lui faire sauter un repas. S'il est très nerveux en voiture, vous pouvez lui donner, la veille de votre départ puis 30 minutes avant, un comprimé homéopathique de COCCULINE (le même remède que pour nous) ainsi que 5 granules homéopatiques de Nux Vomica 9 CH à administrer au moment du départ. Ce remède est obtenu à partir des graines du vomiquier un arbre d'Asie du Sud-Est. Demandez conseil à votre pharmacien ou bien encore à votre vétérinaire.

 

volup.jpg

 

* L'été ne laissez JAMAIS le chien dans votre véhicule, même si un filet d'air passe sur le haut des vitres. Un véhicule peut être à l'ombre à un moment donné puis, une demi-heure plus tard, être en plein soleil. Vous ne savez pas à l'avance ce que vous allez trouver à l'intérieur du magasin, quelle queue aux caisses...On relève facilement des températures dépassant largement les 40°dans un véhicule en plein soleil et encore plus si la carrosserie est métallisée !!!

Un chien ne peut évacuer son trop plein de chaleur que par le halètement, car il ne transpire essentiellement que par la langue et ses coussinets. Sa fréquence respiratoire s'en trouve fortement augmentée. L'air qu'il respire se trouve, par conséquent, vite vicié et appauvri en oxygène. Ce qui peut conduire à l'asphyxie et également à une insolation appelée  "coup de chaleur" ainsi que d'une déshydratation. Le chien sera bien mieux à la maison au frais que coincé à l'intérieur du véhicule.

Notez bien que le système de climatisation rendra la température de l'habitacle en été certes plus agréable mais il est conçu pour ôter l'humidité de l'air. Donnez lui donc à boire souvent dans le cas de son utilisation.

 

Faites une bonne route ! 

 

 

 

bgif

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site